Allergie au pollen : les traitements préventifs

Allergie au pollen

Les individus allergiques à différents pollens peuvent être gênés durant plusieurs mois par diverses espèces : arbres (chênes, platanes…), graminées (blé, avoine…), herbacées (ambroisie, pariétaire…). Dès que ces personnes passent près d’une plante ou d’un arbre au pollen desquels elles ont déjà été sensibilisées, leur muqueuse nasale et, sept fois sur dix, celle des paupières présentent une réaction inflammatoire immédiate.

Après le diagnostic, le traitement de l’allergie au pollen de base est constitué par des antihistaminiques en comprimés, à prendre dès l’apparition des premiers signes, voire avant pour les personnes connaissant bien leur allergie.

Ces médicaments diminuent la vigilance : il est donc préférable de ne pas conduire et d’éviter l’alcool pendant le traitement. Ils sont déconseillés aussi pendant la grossesse et en période d’allaitement. Certains médecins ajoutent du cromoglycate de sodium, en spray nasal, en gouttes ou en collyre pour les yeux, afin de limiter l’inflammation. Il est toutefois contre-indiqué chez les femmes enceintes et durant l’allaitement.

Enfin, contre les rhinites allergiques sévères, on prescrit des médicaments à base de cortisone. Ils se présentent sous plusieurs formes : comprimés, spray nasal, collyre, gouttes pour les enfants, ou injection dans les formes les plus gênantes. Ces médicaments sont prescrits, pour de courtes durées, sous contrôle médical strict.

Les traitements permettent de vivre normalement durant la saison des pollens. Même si, par exemple, votre rhume des foins n’est pas sévère, ne le négligez pas. Cela vous épargnera toute aggravation ou, à la longue, l’apparition d’un asthme, ce qui n’est pas rare chez les enfants.

Les allergies aux pollens et leur traitement

Auteur : Barbara

Articles recommandés